concert pianist & Chamber musician

< Presse

© 24 Heures - 02.11.2010

Christian Chamorel, pourquoi créez-vous un festival de lieder au Mont?

Matthieu Chenal

Concertiste demandé loin à la ronde, Christian Chamorel lance, ce week-end au Mont-sur-Lausanne, son premier festival: le Mont Musical

MATTHIEU CHENAL

Christian Chamorel, pourquoi avoir choisi la mélodie romantique allemande?

C’est que j’adore cette musique! Et j’ai l’impression que tout n’a pas encore été fait dans ce domaine. C’est donc l’occasion pour moi d’apprendre un nouveau métier. Curieusement, l’art du Lied est mal connu ici, pas assez apprécié, alors que nous vivons dans une région bénie pour le chant choral. Traditionnellement, on lui préfère le quatuor à cordes, qui est pourtant très cérébral. Or pour moi, la mélodie est du même niveau que la musique de chambre, surtout chez Schumann et Brahms. Les compositeurs y ont mis la même inspiration. J’avais envie de mêler les deux pour montrer que musique de chambre et Lied, c’est la même chose!

Qu’est-ce qui vous attire au Mont-sur-Lausanne?

C’est une région peu favorisée pour la musique classique et j’ai senti un intérêt à faire quelque chose de musicalement consistant. A mon avis, l’Aula du Collègue du Motier se prête bien à ce répertoire, dans un cadre chaleureux et convivial.

Quels sont les artistes que vous avez invités?

Des artistes qui sont des amis. Pour la voix, j’ai fait appel à la mezzo-soprano Catherine Pillonel Bacchetta, qui chante souvent en soliste avec chœurs, et au baryton Günther Pappendell, que j’ai connu à Munich. C’est également pendant mes études à Munich que j’ai fait la connaissance de Nils Mönkemeyer, l’altiste le plus populaire en Allemagne aujourd’hui. Il a vraiment un son unique sur son instrument, très proche de la voix. J’invite aussi le violoncelliste Markus Hagemann, cofondateur du festival Cully Classique, et la violoniste Rachel Kolly d’Alba, avec qui je joue très souvent.